En arrivant en ville

Maudit chômage

Maudit chômage qui fait qu’on est obligé d’accepter n’importe quelle job. C’est comme ça que je me suis retrouvé pris à faire du reboisement. Après trois mois j’en avais plein mon casque des épinettes et des maringouins.

Une fois avec gros Bill on a voulu aller faire une virée à La Tuque. On a pris la chaloupe puis on a marché jusqu’au chemin. Rendu là on pensait faire du pouce, mais il y a jamais un chat qui prend cette route là, fait qu’on est pas allés bien loin.

On s’est résignés après ça à passer nos congés au camp.

Un samedi soir, je me demandais si j’allais être capable de toffer jusqu’à la fin de mon contrat. Je pensais aux anges. S’ils existent, ça sert à rien de les prier dans le bois parce que quand on est perdu nulle part, ils nous perdent certain eux aussi.

J’en étais là dans mes pensées quand le gros Bill a rappliqué. Il était temps. «Eille viens-t-en, on va faire un trip de mushs.» J’ai rejoint les autres gars qui étaient déjà assis en train de boire de la bière. Le Gros Bill a sorti ses champignons magiques. On les a mangés.

Aurore est apparue. Elle avait des cheveux mauves et des anneaux dans le nez. Elle c’était clair que dans la vie elle perd pas son temps à planter des arbres. Elle a dit: «C’est vos blondes qui m’envoient pour vous sauver. Je travaille pour citytours.com. Vous avez juste à signer ici.»

On a signé.

Aurore nous a fait nous corder dans la chaloupe. Le moteur est parti. Il s’est mis à faire un beau bruit sourd. Aurore a dit en deux trois langues qu’on serait bientôt à 35000 pieds. Elle nous a fait passer un film plate. On a chanté : « C’est l’avion qui nous mène, mène, mène, c’est l’avion qui nous mène en haut. » L’agent de bord nous a demandé de nous calmer parce qu’on dérangeait les autres passagers. Les mushs ont commencé à moins faire effet. Aurore a dit : « on arrive. »

Là où on a atterri il y a des tours partout. Je le sais pas où c’est qu’on est. Peut-être à Antioche, peut-être à Carthage. Peut-être aussi à Montréal.

Tour de Babel

Je suis la réincarnation de Mozorgon, Grand Architecte de Teglat-Phalazar III, roi de Babylone. Je me suis d’abord illustré en faisant agrandir les remparts de Babylone dont la population atteignait plus de 300 000 habitants. J’ai ensuite moi-même inauguré la nouvelle Porte d’Ishtar. J’étais devenu très puissant. Le roi m’a donné des ressources immenses et tous les captifs que je voulais pour achever la grande Ziggourat, en chantier depuis deux cents ans. J’ai réussi cette tâche immense avant la fin de ma vie. De partout dans le désert on voyait cette montagne magnifique faite de main d’homme pour s’élever jusqu’au ciel et défier les dieux.

La splendeur de la ziggourat était telle que la caste sacerdotale a voulu en profiter pour augmenter indûment son influence. C’était oublier que j’étais moi-même prêtre de Mardouk et grand théologien. Sans compter mes appuis dans l’armée. Une expédition punitive contre des Bédouins qui menaçaient Babylone m’a d’ailleurs opportunément permis d’affermir l’ascendant de mon parti.

J’ai fini égorgé alors que j’étais dans mon sérail à me vautrer comme chaque soir. Ironie du sort: je venais tout juste de faire parvenir un rapport à Teglat-Phalazar lui proposant de réorganiser la gestion des harems des fonctionnaires. J’avais même pris la peine de faire rédiger ce rapport en sumérien par mon meilleur scribe.

Felat-nu, nun fër žadëk, ti fuc rosznak nis fër ëdënbaszack ci Noszorgo, axitektic ëvt ci Teglat-Falaszar IIIf, szadric Babiloni. Fefeqjen fež fosziti oxis afkne ëvtocko daf vavterk fëtk-rëlk-tër tërën ëralon foszisi fan def dulafocko. Ëb vuszlar fan Istaris rutefuvafak. Rodratě-ti fuc etuka dupiras szadrac nžen xër fac nibifas Szigurata ëvt, niser efrënjuk hitoc, lasznë. Eszgëkësz ëljasz fefeqis daf devlinëcë hudo nibifžes loszě-ta niser rjatžon vëlnë catcolocko. Rodratě-ti fuc fetasznak! Zszov’ě kipifici dulsz fec erëkëra xež ud ëvtak. Duhezë vufib dulsz Beduktece nicërë Babilonar rcalëkë defar veszlisi fež pež naszfak. Nun fër, ten notun bed, todren daf ëvvokaszen fax pulszëk, pira htuk ax afkak «ah, fobacësz».

Confusion des langues ou pas, la grande ziggourat de Babylone a bel et bien été construite. Elle faisait 90m de côté, et près de 90m de haut. à peu près les dimensions de place Bonaventure. Elle a été détruite par Alexandre le grand. Il l’admirait et voulait la reconstruire en mieux. Un vrai touriste.

Carrière

Je suis courrier cycliste. Ce noble métier me permet de percer les mystères de Montréal. Dans une journée ordinaire je travaille pour Lavery De Billy, Mendelsohn Schacter Rosenzweig, TVA Publications (autrefois Trustar), TVA International, Domtar, la Banque Nationale, la Banque Royale, la CIBC, la Banque Scotia, Power Corporation, TV5, la Bourse de Montréal, le Ministère du Développement économique, Revenu Canada, Ceridian, Westcliff, la Caisse de Dépôt et de Placements, le Ministère de la Justice, Musique Plus, Donald K Donald, Jade Travel, Intair Voyages et même pour la CSN. Quand j’en aurai assez du courrier, je vais mettre le nom de toutes ces organisations dans mon CV. Les employeurs vont être épatés. Je vais vraiment pouvoir me faire engager pour n’importe quelle job. En attendant, je franchis chaque jour la ville de son extrémité ouest à son extrémité est, du sud au nord et du haut au bas des dizaines. Je crois connaître par cœur l’extraordinaire parcours de la rue Sainte Catherine. Pourtant chaque jour je découvre encore un mystère nouveau.

» À Westmount


Warning: include(/home/alainhuot/www/www/wp-content/themes/fazyvo/footer-romancourier.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/alainhuot/www/www/wp-content/themes/fazyvo_enfant/roman-courier.php on line 86

Warning: include(): Failed opening '/home/alainhuot/www/www/wp-content/themes/fazyvo/footer-romancourier.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/php56/lib/php') in /home/alainhuot/www/www/wp-content/themes/fazyvo_enfant/roman-courier.php on line 86